IMG_1570

On dirait pas que nous sommes "déjà" à Trigance puisque partis des Salles par Aiguines nous avons fait une petite pause avant de quitter la rive gauche. Certes il nous reste encore à faire près de 70 km et non des moindres, mais ce qui est fait n'est plus à faire d'où nos sourires de satisfaction. La montée à la suite d'Aiguines en passant par le col d'illoire (qui ne paraît pas être un véritable col car on à l'impression de rester toujours du même versant de la vallée et surtout ça continue de monter un bon moment avec des pourcentages maximums de près de 11 à 12% !) nous a pris pas tout à fait une heure.

Bon quand il y a des montées heureusement il y a aussi des descentes. Celles-ci seront tout de même insuffisantes pour espèrer faire une super moyenne. Mais ce n'est pas le but cherché et compte tenu des difficultés à passer, les moyennes que nous avons faites comprises entre 21 et 23 km/h sont tout à fait honorables.

Après être passés sur le Verdon, on attaque la montée vers le point sublime. Bizarrement les autres fois cette montée me semblait plus longue. Tant mieux il faut en garder encore sous la pédale pour monter jusqu'à La Palud et prendre à gauche la route des crêtes !

Au début rien de particulier à signaler. C'est au premier virage avec le premier belvédaire que les choses sérieuses commencent. Bon inutile de vous faire un dessin. C'est dur dur. Qui donc avait parlé que la montée de la Maline était optionnelle ? Nous avons dépassé un couple avec des vélos de randonnées qui montait tout en souplesse sans signe particulier de fatigue. Et non il s n'avaient pas des VAE !

Ayant eu par moment du vent de face sur la rive gauche et bien il faut dire que le vent de dos dans la Maline n'était pas de trop. Je n'ose pas m'imaginer ce que cela aurait été avec du vent de face. En tout cas la route des crêtes reste toujours une difficulté majeure d'aurtant que, compte tenu de l'état de la route, la descente vers le chalet de La Maline est aussi très éprouvante . D"ailleurs c'est en remontant (et oui ça remonte encore) vers La Palud que j'ai eu un petit coup de moins bien. Mais arrivé à La Palud où Jacques et René m'attendaient les jambes se sont mises à bien tourner à nouveau et les montées à la sortie de La Palud et à la sortie des Gorges ont été effacées avec une relative facilité. Sur le retour au bord du lac avec un vent défavorable nous avons bien roulé pour rejoindre les Salles.

Nous avons mis environ 5H10 pour effectuer les 111 km. Aussi en se présentant vers les 14H30 au seul restaurant ouvert nous n'étions pas sûr de pouvoir déjeuner. Et bien si, nous avons pu nous restaurer et refaire la sortie tout en sirotant une petite mousse bien méritée. Dommage que n'ayons pas été plus nombreux. Comme à chaque fois, nous pouvons dire toutefois que nous prenons une option pour la refaire l'an prochain.

Cliquez ici pour ouvrir l'album photos correspondant